Articles Tagués ‘St Jean de Monts’

Préparer les valises, remplir le coffre et prendre la route presqu’aussi chargés qu’il y a une trentaine d’années quand on partait pour un mois et demi (là ce n’est que 4 petits jours). Choisir de passer par les petites routes et trouver la route longue, arriver de nuit à plus de 23h, prendre la clé, ouvrir le volet, la porte-fenêtre et retrouver instantanément l’odeur de la maison, l’odeur de mon enfance et adolescence, se sentir bien…

Dormir dans le petit lit bien trop mou entourée de Gaspard et Léa et avoir hâte d’être au matin pour aller voir la mer.

St Jean de Monts - 2016

Retrouver mon bol, voir Tonton arriver pour le café et enfin monter jusqu’à la plage. Ouvrir la portière et sentir l’odeur de la mer, l’odeur de St Jean de Monts…Je crois que j’arriverais à la reconnaitre au milieu d’autres odeurs de mer.

Faire découvrir les grandes marées à Gaspard, la mer qui se retire loin loin loin mais qui vient aussi lécher les serviettes en remontant très haut. Patouiller dans le sable et construire des châteaux.

St Jean de Monts - 2016

Garder un oeil sur Léa qui trouve que les algues c’est vachement bon ! Initier Gaspard au bodyboard dans la mousse et réussir à se baigner dans l’eau un peu trop froide mais comme il y a des vagues c’est plus facile.

St Jean de Monts - 2016

Aller déguster le meilleur chichi du monde au Chichi Shop, regarder Gaspard faire des tours et des tours de mon manège et attraper la queue du Mickey, repenser au petit Papi tellement rigolo qui nous appelait « ses petits cocos », faire faire sa première pêche aux canards à Gaspard.

St Jean de Monts - 2016

Guetter le marchand de glace le soir pendant le diner et prendre la pose devant l’objectif d’un photographe de plage pour des clichés avec un air de déjà vu…(on revient 20 ans en arrière et on me met à la place de Gaspard…)

St Jean de Monts - 2016

Se gorger de ciel bleu, de sable doux, marcher dans les dunes, admirer les chars à voile…

St Jean de Monts - 2016

Vouloir rester un peu plus longtemps, mitrailler à tout va pour emporter des souvenirs avec soi et se dire qu’il faudra revenir avant 7 ans…

Publicités