Articles Tagués ‘Exposition’

Depuis hier et jusqu’au 4 avril, la Fondation HOCA présente une exposition de l’artiste Portugais Vhils sur le toit de l’embarcadère de ferry numéro 4 à Central. Je suis allée m’y promener hier après-midi et en suis repartie conquise !

L’exposition est installée dans un genre de grande tente disposée sur le toit du Pier 4 et on y accède par un escalier (si vous y allez, ne faites pas comme moi, laissez la poussette a la maison!) et on peut visiter différentes salles pour découvrir les oeuvres de Vhils réalisées sur une multitude de supports.

Les deux portraits ci-dessous sont sculptés dans du polystyrène, c’est vraiment impressionnant de finesse et de détails.

Debris by Vhils @ Hong Kong

Pour celui-ci, le matériau utilisé a l’air de plus ressembler à du béton.

Debris by Vhils @ Hong Kong

La deuxième salle présente une galerie de portraits gravés sur des portes en bois, ils sont vraiment magnifiques !

Debris by Vhils @ Hong Kong

Ensuite, nous découvrons un travail sur des plaques de métal assemblées entre elle sur lesquelles Vhils a exprimé sa créativité en utilisant des produits corrosifs qui ont attaqué le métal.

Debris by Vhils @ Hong Kong

Une nouvelle salle présente des oeuvres réalisées en imprimant à l’eau de javel sur un papier recouvert de peinture. Le résultat est bluffant !

Debris by Vhils @ Hong Kong

Encore un autre média dans la pièce suivante, puisqu’ici les portraits sont gravés sur des murs d’affiches collées les unes sur les autres. Vhils recouvre la surface de peinture blanche et ensuite il gratte, grave et découvre les affiches cachées…

Debris by Vhils @ Hong Kong

La salle suivante m’a hypnotisée…elle est constituée d’un mur d’écrans recouverts de pochoirs. Ces écrans diffusent des programmes télévisés, des clips trouvés sur internet et des films tournés à Hong Kong. J’ai adoré !

Debris by Vhils @ Hong Kong

On continue avec un mur gravé « invisible »…

Debris by Vhils @ Hong Kong

Et pour finir, à l’extérieur, on trouve une installation de néons donnant sur la baie. Vous pouvez voir le temps magnifique que nous avions hier !

Debris by Vhils @ Hong Kong

Je ne connaissais pas le travail de Vhils, j’ai découvert ça hier et j’ai vraiment beaucoup apprécié. Si vous etes à Hong Kong, n’hésitez pas à y faire un tour, sinon j’espère que vous avez apprécié la visite.

Wipe out by Invader @ PMQ - Hong Kong

Jusqu’au 17 mai, le street-artiste français Invader s’expose à PMQ. Petit clin d’oeil aux autorités Hong Kongaises qui avaient « nettoyé » quasi toutes les oeuvres installées lors de son dernier passage en janvier 2014, l’exposition s’appelle « Wipe out ».

Dans la cour de PMQ, le visiteur est accueilli par deux space invaders qui se font miroir, un panneau de directions et en géant sur la façade de Qube la salle où est installée l’exposition le nom de l’exposition façon mosaïque.

Wipe out by Invader @ PMQ - Hong Kong

A l’intérieur de la salle de nombreuses oeuvres sont exposées comme cet ensemble tout en rouge et or (rappelant la culture chinoise ?).

Wipe out by Invader @ PMQ - Hong Kong

On y retrouve une version en mosaïque de « Wipe Out » dont j’aime beaucoup le choix des couleurs.

Wipe out by Invader @ PMQ - Hong Kong

Il faut prendre du recul pour apprécier cet ensemble d’oeuvres en rubick’s cubes à sa juste valeur.

Wipe out by Invader @ PMQ - Hong Kong

Plus loin, on trouve des reproductions d’oeuvres installées dans diverses villes du monde entier accompagnées de leur carte d’identité comprenant une photo in-situ, des informations sur la localisation, le nombre de carrés de mosaïques utilisés, la taille des carrés et la date de pose.

Wipe out by Invader @ PMQ - Hong Kong

La panthère rose originale est située à Paris ! On découvre également des tableaux lumineux animés et un espace est dédié à ces machines qui distribuent des autocollants en échange de 5 HKD. Inutile de vous dire qu’avec Gaspard m’accompagnant, j’ai du faire du change et acheter quelques autocollants !!

Wipe out by Invader @ PMQ - Hong Kong

On arrive ensuite dans la partie regroupant les reproductions des oeuvres installées à Hong Kong en janvier 2014 et « nettoyées » par le gouvernement. Princess Peach fait partie du lot.

Wipe out by Invader @ PMQ - Hong Kong

Ainsi que Hong Kong Phooey installé ici avec en arrière plan une photo de son emplacement original. Une note invite les visiteurs à prendre la pose en sa compagnie mais pas facile facile que Gaspard prenne la bonne position 😉

Wipe out by Invader @ PMQ - Hong Kong

On continue toujours avec les reproductions d’oeuvres « nettoyées »… Je me souviens à l’époque en avoir aperçu quelques unes et au moment où j’avais voulu retourner les photographier, elles avaient disparu…Dommage…

Wipe out by Invqder @ PMQ - Hong Kong

Wipe out by Invader @ PMQ - Hong Kong

A l’extérieur, dans la cour du bas, se trouve « Fighting Spirit », une sculpture de Bruce Lee pixellisé…

Wipe out by Invader @ PMQ - Hong Kong

L’artiste a promis une nouvelle invasion lors de son passage…J’ai déjà aperçu quelques photos sur Instagram, il va falloir que je parte à la recherche de ces nouvelles oeuvres…

 

Lors de notre petit séjour New Yorkais, nous avons eu l’occasion d’aller visiter la rétrospective Jeff Koons au Whitney Museum of American Art.

Nous avons commencé la visite par le rez-de-chaussée avant de monter au dernier étage puis de redescendre.

Dans la première salle, nous avons pu découvrir la série « Gazing Ball » commencée en 2013 dans laquelle l’artiste a placé des boules en verre soufflé servant à la décoration des jardins sur des statues et sur une boîte aux lettres.

Jeff Koons - A retrospective

Place ensuite à la série « Celebration » datant de 1994, la série qui m’a le plus inspirée de toute l’exposition. Sculptures géantes tel ce cœur violet et ce chat qui a beaucoup plu à Gaspard, tableaux, c’est la série la plus « accessible » et la plus ludique aussi.

Jeff Koons - A retrospective

Je suis particulièrement fan de ce monticule de pâte à modeler géant, qui n’est en réalité pas de la pâte à modeler, je n’imagine pas combien de kilos il en faudrait pour le reconstituer….

Jeff Koons - A retrospective

J’ai adoré tourner autour et le regarder sous toutes les coutures. Nous avons aussi vu pour de vrai le fameux chien ballon que Gaspard a évidemment adoré. Petit conseil avec des enfants en bas âge, il vaut mieux les laisser en poussette sinon je crois qu’ils partiraient à l’assaut de toutes ces merveilles !

Jeff Koons - A retrospective

Fan aussi du ballon à l’hélium avec lequel on s’est amusés à prendre des photos avec notre reflet.

Jeff Koons - A retrospective

Dans la série « Hulk Elvis » datant de 2005, j’ai sélectionné ce chouette tableau à têtes de singes.

Jeff Koons - A retrospective

Avec « Antiquity » en 2008, Koons revisite les statues anciennes à sa sauce et cela donne entre autre une Venus métallique.

Jeff Koons - A retrospective

J’ai beaucoup aimé ce tableau mais n’arrive pas à retrouver de quelle série il fait partie. J’imagine que c’est la suivante « Easyfun ». J’en tirerais bien une impression pour Gaspard.

Jeff Koons - A retrospective

Avec « Easyfun » en 1999-2000, on découvre de sympathiques miroirs colorés à l’effigie de personnages de dessins animés que l’on imagine aisément dans une chambre d’enfant et la tête à bascule mi-cheval mi-vache (?).

Jeff Koons - A retrospective

On poursuit avec « Easyfun-Ethereal » en 2000-2002 avec cet éléphant ultra coloré et les premiers tableaux à l’huile de l’artiste.

Jeff Koons - A retrospective

Beaucoup moins fan des séries « Statuary » (1986) et « Banality » (1988), à part le lapin que je trouve mignon.

Jeff Koons - A retrospective

Dans la série « Equilibrium » (1983-1993), je demande la barque que j’ai beaucoup aimée mais bon pas très facile à exposer dans son salon.

Jeff Koons - A retrospective

Pour « Inflatables and Pre-new » (1978-1980), Koons met en scène divers jouets gonflables comme des fleurs et lapins.

Jeff Koons - A retrospective

Avant de partir un petit coucou à Popeye (2002) dans la cour.

Jeff Koons - A retrospective

Il y avait quelques autres séries dont je ne vous ai pas parlé et dont je n’ai pas pris tellement de photos car j’ai moins aimé. Il s’agit de « Luxury and degradation » et « Made in Heaven » avec des photos très explicites.

Pour les parisiens, l’expo sera au Musée Georges Pompidou du 26 novembre 2014 au 27 avril 2015. N’hésitez pas à y faire un tour !

Aujourd’hui, c’est le 800eme article du blog…Waouh…800 !!! Sur 7 ans, ça fait une moyenne de 114 articles par an, on peut faire mieux mais c’est déjà pas mal, non ?

Pour fêter ça, pas de concours ni de cadeau mais quelques photos de l’exposition Gromit Unleashed qui a envahi le centre commercial Elements du 8 juillet au 31 août. L’expo a fait parler d’elle en Angleterre l’année dernière, j’étais bien contente de la voir à Hong Kong cet été.

Le concept de l’expo, c’est comme les vaches à Paris il y a quelques années, les éléphants à Londres et à Hong Kong cet été (mais on les a loupé), on retrouve des dizaines de Gromits décorés par tout autant d’artistes.

C’était très chouette, j’ai adoré !

Je vous laisse avec quelques images et vous dis à bientôt pour commencer le récit de nos dernières vacances 😉

Gromit @ Elements

Gromit @ Elements

Gromit @ Elements

Gromit @ Elements

Gromit @ Elements

Gromit @ Elements

Il y a quelques semaines , on pouvait trouver au coeur de Central Oasis (cet espace presque desaffecte entre Des Voeux Road et Queen’s Road au niveau des escalators) une exposition de « street art » / graffitis intitulee « From underground to community ».

Au progamme, des tableaux, des objets graffes, des graffitis sur du carton le tout plus ou moins relie au theme de la sauvegarde de l’environnement.

Je vous laisse avec quelques images.

From-Underground-to-Community

From-Underground-to-Community

From-Underground-to-Community

Du 9 au 24 fevrier, avait lieu sur le parvis de Times Square, l’exposition de photographies « Let there be light painting ». De jolies photos, tres lumineuses avec de superbes effets…

CNY-201326
CNY-201327

Ca me donne envie de retenter l’experience du « light painting »…La premiere fois que nous avons essaye notre source de lumiere n’etait pas assez fine et le resultat etait moyen.

Du 24 janvier au 6 fevrier, le centre commercial de l’IFC abritait une expo photo sur les peuples Mayas sponsorisee par Leica. L’occasion de laisser mon esprit voyager jusqu’au Mexique et de me rememorer ce magnifique voyage effectue il y a quelques annees deja. Du site de Chichen Itza a celui de Tulum, des eaux turquoises aux iguanes geants, rien ou presque ne manquait au tableau et les visiteurs avaient l’air de bien apprecier.